• REFONDATION: DU SOUFFLE ET DE L'AMBITION

     

    Communiqué UNSA Éducation

    Refondation de l’École

    Du souffle et de l’ambition

    Une première lecture du projet de loi d’orientation et de programmation sur la refondation de l’École de la République ouvre les perspectives d’une nouvelle approche de notre système d’éducation. La modification d’une cinquantaine d’articles du Code de l’Éducation et les vingt-cinq pages de rapport annexé ancrent le texte dans une volonté politique forte et ambitieuse.
    Fidèle à sa démarche, l’UNSA Éducation restera exigeante et continuera à proposer et à agir pour une École permettant la réussite, l’épanouissement et l’émancipation de tous. Sur ce chemin, une première étape est franchie dans la bonne direction avec le projet de loi. Pour autant, la loi ne fera pas tout. D’importants chantiers restent à mener. Ils devront amplifier la démarche et concrétiser l’ambition affichée.

    L’exposé des motifs de la loi affirme très clairement que « cette refondation porte non seulement un projet éducatif, mais également un projet de société » dans lequel la France « se donne les moyens de répondre aux grands défis auxquels elle est confrontée : élever le niveau de connaissances, de compétence et de culture de tous les enfants, accroître son niveau de croissance avec des jeunes mieux formés et dotés de hautes compétences, lutter contre le chômage des jeunes, réduire les inégalités sociales et territoriales, promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes, recréer une cohésion nationale et un lien civique autour de la promesse républicaine de la réussite éducative pour tous. »

    Cet objectif ambitieux d’une société éducative que nous partageons s’appuie sur trois axes forts.

    Tout d’abord, la réaffirmation du socle commun de connaissances, de compétences et de culture rénové et renforcé, avec une articulation organisée entre l’école primaire et le collège pour tous dont le principe est conforté.

    Ensuite, la poursuite de la rénovation du lycée est inscrite dans un souci d’articulation bac–3/bac+3 assurant la transition entre l’enseignement secondaire et des études supérieures réussies, une continuité entre le socle commun de connaissances, de compétences et de culture et les formations de l’enseignement supérieur (licences, IUT, BTS, classes préparatoires). La future loi sur l’Enseignement supérieur et la Recherche devra confirmer cette volonté.

    Enfin, avec la création des ESPE, peut s’engager l’indispensable reconstruction de la formation des personnels enseignants et d’éducation, levier majeur pour améliorer le système éducatif et permettre son adaptation aux enjeux du XXIe siècle. Le rapport annexé insiste sur le fait qu’« enseigner est un métier exigeant qui s’apprend » et que la refondation de l’École sera avant tout une démarche pédagogique, faisant appel à des pratiques innovantes. Dans ce cadre, une place importante est faite au numérique, à ses apports pour l’enseignement et la formation des enseignants, mais aussi aux pratiques que chacun doit apprendre à maîtriser : une manière non seulement de faire entrer le numérique à l’école, mais surtout de faire entrer l’École dans l’ère du numérique.

    Même si certains axes mériteront d’être précisés ou renforcés, l’UNSA Éducation se félicite des orientations et des ambitions que porte ce projet de loi, tant dans ses finalités politiques que dans les modalités prévues pour sa mise en œuvre. Les axes prioritaires correspondent à ceux que nous revendiquions. Nous veillerons particulièrement à ce que les textes d’application soient construits en continuité et en cohérence avec la loi et que des mesures d’accompagnement garantissent sa réalisation sur le terrain.

    Ivry-sur-Seine, le 6 décembre 2012

    Laurent Escure,
    Secrétaire général de l'UNSA Éducation



    Pour tout contact : delphine.lebahan@unsa-education.org 06-85-33-27-05

     

    Si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre d'informations, cliquez ici.