• AVS: création du métier «d’accompagnant», une avancée importante

    AVS: création du métier «d’accompagnant», une avancée importante

     

    Articles AVS: création du métier «d’accompagnant», une avancée importante

    Education

    L’annonce aujourd’hui par le premier ministre Jean Marc Ayrault de la création d’un métier d’ « accompagnant » pour les élèves en situation de handicap est une avancée importante.

    L’UNSA Éducation se félicite de cette volonté de sortir de la précarité l’accompagnement de la scolarisation des enfants en situation de handicap. Reprenant des propositions du rapport de Pénéloppe Komites du 25 juin¹,  les mesures annoncées font écho pour partie à des demandes  de notre Fédération.

    C’est une avancée importante pour les 28 000 personnels concernés qui pourront, au-delà de leurs 6 années de contrat d’assistant d’éducation, bénéficier d’un CDI et de la possibilité de valider un diplôme reconnaissant leurs compétences professionnelles.



    C’est également une bonne nouvelle pour les équipes pédagogiques qui accueillent les enfants en situation de handicap dans leurs écoles, leurs établissements. La création d’un métier doit ouvrir des perspectives de formation et de constance dans la présence de professionnels compétents qui rendront plus aisés les projets d’accueil de ces enfants et leur réussite. Pour les enfants concernés et leurs parents, les mesures annoncées vont dans le sens d’une réelle amélioration.

    Pour autant, ce n’est qu’une première étape — certes très  encourageante — dans la prise en charge des élèves en situation de handicap qu’il faudra poursuivre pour tenir compte des besoins. Les CDI ne concernent pas les 34000 personnels EVS en contrats aidés qui sont également chargés de l’accompagnement d’élèves en situation de handicap. Même si les annonces sur l’amélioration de leur formation vont dans le bon sens,  à moyen terme, il faut envisager d’aller vers une prise en charge uniquement par des emplois d’«accompagnant».

    L’UNSA Éducation sera attentive aux conditions de mise en œuvre du nouveau métier et continuera à agir pour améliorer le dispositif.